Savez-vous faire preuve de compassion ?


Empathie, sympathie, sollicitude, ces mots vous « parlent-ils » ?

Un rappel de définitions pour savoir de quoi nous parlons :

Empathie : c’est la reconnaissance et la compréhension des sentiments et des émotions d'un autre individu ou se mettre à la place de l’autre.

Sympathie : C’est la faculté de participer aux peines et aux joies des autres.

Comme vous pouvez le constater empathie n’est pas la même chose que la sympathie.

Et la compassion ? Que signifie le mot compassion ?

C’est un mot féminin d’origine latine « compassion », de compati " souffrir "avec" qui veut dire : « Sentiment qui porte à plaindre et partager les maux d'autrui ». Les contraires de compassion : Cruauté, dureté, indifférence, insensibilité.

Et dans la vie quotidienne, comment nos comportements sont-ils influencés par ces traits ?

Etes-vous de ceux qui sont axés résultats sans être attentif aux autres ?

Considérez-vous qu’il ne faille pas mélanger le travail et la vie personnelle ?

Vous sentez-vous mal à l’aise face à quelqu’un qui pleure, est dans la peine ou la souffrance ?

Vous ne savez pas quoi faire ou dire pour aider les gens en difficulté ?

Quel est votre niveau de tolérance pour les défauts et problème d’autrui ?

Ces interrogations ne viennent-elles pas du fait que vous craignez d’être accaparé par des questions non professionnelles, de ne pouvoir supporter les désaccords, d'éprouver de la difficulté à faire face à des problèmes faisant intervenir les sentiments ou… considérer la compassion comme une faiblesse ?

Beaucoup de questions mais connaissez-vous les compétences à travailler pour améliorer ces points ?

Les voici !

  1. Savoir écouter : les gens ont, parfois, juste besoin de parler. Garder le contact visuel avec la personne qui vous parle, si vos yeux regardent l’horizon, ce n’est pas être en phase avec la personne et elle le ressentira. Ne pas hésiter à hocher la tête pour bien montrer que vous entendez ce qu’elle dit, c’est de l’écoute active ;

  2. Compassion ne veut pas dire donner des réponses ou vouloir jouer les sauveteurs, offrez des conseils quand ils sont sollicités et assurez-vous d’avoir tous les éléments et compris la situation pour donner un avis ;

  3. Dominer vos émotions fortes, agacement, énervement, peur, tristesse, colère, la première chose à essayer c’est d’écouter son corps, tremblement, rougeur, palpitation, et d’essayer de se calmer en visualisant la partie du corps concerné et de respirer tranquillement. Cela permettra de prendre conscience de ce qui se passe dans votre corps avant de maîtriser le mental. Demandez-vous pourquoi vous êtes dans cet état, en quoi cela fait écho chez vous pour vous mettre dans ce genre de situation ? cela devrait dédramatiser la situation et vous permettre de prendre un peu de distance (n’hésitez pas à en parler à un coach qui vous aidera à ce travail sur les émotions) ;

  4. Soyez circonspect ;

  5. Laissez votre interlocuteur exprimer ses états d’âme sans rien dire, ne pas juger ;

  6. Résumez sa pensée pour être sûr que vous avez bien compris sa demande ;

  7. Si ce n’est pas dans votre domaine de compétence, ne pas hésiter à l’adresser à la personne qui pourra l’aider ;

  8. Soyez sincère envers vous-même, ne portez pas de jugements catégoriques. Privilégiez-vous certaines personnes à d’autres, êtes-vous plus à l’écoute pour un groupe qu’un autre ? N’utilisez pas vos critères personnels !

  9. Evitez de catégoriser les gens. Nous avons tendance à classer les gens amis, ennemis, bons, mauvais, comme moi ou pas du tout. En faisant cette classification complètement subjective, la compassion va en être affectée, essayez de comprendre ce qui vous a amené à « classer » cette personne ou le groupe. Rappelez-vous de l’article que j’ai écrit sur la carte du monde ! Vous avez votre mode de perception qui n’est peut-être pas celle de la personne en face de vous, cherchez à comprendre ce qui l’anime sans y mettre vos « filtres » ;

  10. Vous avez appliqué ces conseils et vous trouvez face à un interlocuteur qui adopte une attitude rigide, qui ne comprend pas votre soudaine bienveillance, comprenez-le, pensez au parcours que vous avez fait pour faire preuve de compassion et d’élève devenez professeur !

Pour finir par un peu de philosophie ;

Un peu de sagesse bouddhiste : La compassion peut être développée envers une personne qui vous irrite : c’est ainsi que l’agacement peut également être surmonté.

Et plus compliqué pour l’introspection finale :

« L’idée de compassion est issue d’une conscience de l’interdépendance de tous ces êtres vivants, qui sont tous partie d’un autre et toutes les personnes impliquées en l’un de l’autre. » Thomas Merton.

#compassion #empathie #sympathie

0 vue

06 08 32 06 25

  • White Facebook Icon

Find us on Facebook

  • LinkedIn Social Icon

Partagez sur Linkedin